Centre de synthèse et
d'analyse sur la biodiversité

Un centre créé et développé par la FRB
coreids
Prédire la résilience des communautés face aux invasions, selon la diversité et la structure des réseaux d’interactions

 

Porteur de projet : Patrice David (CEFE (CNRS), Montpellier), François Massol (EEP (CNRS), Lille)

Post-Doctorant : Grégory MOLLOT (CEFE (CNRS), Montpellier)

12 institutions participantes: CEFE (CNRS), Montpellier, France ; EEP (CNRS), Lille, France ; ISA (INRA), Sophia-Antipolis, France ; iEES (UPMC, CNRS), Paris, France ; Santa Fe Institute, Santa Fe, New Mexico, USA ; Dalhousie University, Halifax, Nova Scotia, Canada ; CBGP (IRD, INRA),Montpellier, France ; CARRTEL (INRA), Thonon-les-Bains, France ; LBBE (CNRS), Lyon, France ; BGPI (Cirad), Montpellier, France ; CATIE / Cirad, Costa Rica ; SCBPA (Cirad), Le Lamentin, France ; University of Canterbury, Christchurch, New Zealand
 

 


 


Résumé : Comprendre les propriétés des réseaux trophiques, comme leur topologie ou leur stabilité, et les règles régissant leur structure sont des questions clés en écologie depuis plus d’un demi-siècle. Parce qu’obtenir des données sur ces réseaux est difficile, ce thème de recherche a progressé lentement, et la dynamique des réseaux a rarement été abordée de manière empirique. Des avancées techniques comme le séquençage de masse ou la reconstitution d’écosystèmes passés dans des carottes de sédiment permettent aujourd’hui d’entrevoir une arrivée massive de données et la possibilité d’analyser des séries temporelles sur de tels réseaux, tandis que les nouveaux modèles prédisent mieux leur dynamique.

Muni de tels jeux de données, le groupe cherchera à prédire les effets des invasions sur la topologie, les flux d’énergie et de nutriments dans les réseaux trophiques, et leurs conséquences sur la biodiversité. Le groupe fournira une vue intégrative du sujet, abordant à la fois les aspects empiriques, théoriques et appliqués des invasions dans les réseaux trophiques. Les nombreux transports d’espèces envahissantes et des réarrangements des communautés naturelles liés aux changements planétaires fournissent un cadre d’application direct au projet. Le groupe comprend des théoriciens et des empiristes, des spécialistes des invasions et des experts des réseaux trophiques et hôte-parasites, et bénéficiera d’expériences existantes en éco-informatique et en gestion de données massives en écologie.

 

Fiche projet en français

 

Le projet COREIDS est co-financé par la FRB et Total

total impot societes