Centre de synthèse et
d'analyse sur la biodiversité

Un centre créé et développé par la FRB

GEISHASmallPix

Evaluation à l’échelle de la planète de l’impact des tempêtes sur les habitats et la structure des assemblages phytoplanctoniques d’eau douce

 

Porteur de projet : Orlane Anneville - INRA (France)

13 participants: Gaël Dur - Shizuoka Université, Japon ; Sami Souissi - Université Lille 1 (France) ; François Schmitt - CNRS (France) ; Patrick Venail - Institut Forel, University of Geneva (Switzerland) ; Jason Stockwell - University of Vermont (USA) ; Emily Nodine - University of Vermont (USA) ; Nico Salmaso - IASMA (Italie) ; Chih-hao Hsieh - National Taiwan University (Taiwan) ; Marc Lajeunesse - University of South Florida (USA) ; Rita Adrian - Leibniz-Institute of Freshwater Ecology and Inland Fisheries (Germany) ; Dietmar Straile - University of Konstanz (Germany) ; James Rusak - Dorset Environmental Science Centre (Canada) ; Aleksandra Lewandowska - Institute for chemistry and biology of the marine environment (Germany)

Le projet GEISHA réunit des spécialistes en écologie théorique, écologie aquatique, limnologie, biodiversité, taxonomie du plancton, impact des événements extrêmes, changement climatique, analyses statistiques, série-temporelles, méta-analyses, approche bayésienne, turbulence et variabilité non linéaire, analyses multivariées et modélisation.

 

PowellCenter emblem 11Le projet GEISHA est cofinancé par le John Wesley Powell Center pour analyse et synthèse, Colorado, États-Unis d'Amérique.

 

 

 

 

 

 

 

 

Decouvrez le projet sur YouTube: 


 

 


 
Résumé :
Nous proposons d’étudier l’impact des tempêtes sur la diversité, la structure et les traits fonctionnels des communautés phytoplanctoniques lacustres. La stratification thermique des lacs est influencée par les conditions météorologiques et constitue un des principaux facteurs de forçage des successions phytoplanctoniques. L’organisation structurelle et fonctionnelle de la communauté phytoplanctonique dépend de l’intensité et de la durée de la stabilité thermique. Avec le changement climatique, l’augmentation en fréquence et intensité des tempêtes présente un intérêt critique puisque pourrait affecter la structure physico-chimique de la colonne d’eau, et donc les niches phytoplanctoniques. Un groupe de réflexion (« Storm-blitz ») du GLEON a été établi pour répondre aux questions relatives à l’impact des tempêtes sur le phytoplancton en mutualisant des données long-termes et hautes fréquences obtenues sur plusieurs lacs de la planète. GEISHA fournira à « Storm-blitz » les moyens nécessaires en termes de temps, d’espace et de ressource financière. Il s’agira de monter un groupe de travail qui aura pour tâches de regrouper et de compiler les bases de données existantes afin de réaliser les analyses statistiques dans le but i) d’évaluer la sensibilité des écosystèmes aquatiques aux tempêtes, ii) de fournir de nouveaux éléments pour répondre à des questions théoriques sur la diversité spécifique et les processus de successions écologiques.


Écosystèmes étudiés :
Écosystèmes lacustres. Le sujet se base sur l’analyse de séries chronologiques et de données hautes fréquence prélevées dans 19 lacs répartis à l’échelle de la planète : Amérique (Canada, Etats-Unis), Proche Orient (Israël), Europe (Italie, France, Suisse, Allemagne, Estonie) et Asie (Japon).


Mots clés :
Phytoplancton, tempêtes, lac, perturbation, évènement épisodique, structure thermique, réchauffement, changement climatique, biodiversité, richesse spécifique, composition taxonomique, assemblage des communautés, succession, séries-temporelles, méta-analyses, réseaux d’observatoires en écologie

 

 

Crédit photo : Lake Champain Basin Program