Centre de synthèse et
d'analyse sur la biodiversité

Un centre créé et développé par la FRB
NETSEEDSmallPix
Agrobiodiversité et réseaux sociaux : comment les systèmes d’échange de semences agissent sur la diversité des plantes domestiquées

Porteur de projet :  Doyle McKey, University Montpellier-2 CNRS – UMR 5175 CEFE 
(d_mckey(at)hotmail.com)

Post doctorant : Marco Pautasso, CEFE, CNRS, Montpellier

15 participants :  
Adeline Barnaud, IRD, Montpellier et Eric Garine, Université Paris Ouest; Sophie Caillon, CNRS, Montpellier (sophie.caillon(at)cefe.cnrs.fr) ; Pascal Clouvel Cirad, Montpellier ; Kevin Coffey, Columbia University, NY, USA, Christine Padoch Instit. Econ. Botany, NY, USA et Benjavan Rerkasem, Chiang Mai University, Thailand; Oliver T. Coomes, McGill University, Montréal, Canada; Elise Demeulenaere, CNRS, Paris; Isabelle Goldringer, INRA, Versailles-Grignon; Ludivine Eloy, CNRS, Montpellier; Laure Emperaire, IRD, Paris; Christian Leclerc Cirad, Montpellier; Sélim Louafi, Cirad, Montpellier; Shawn McGuire, University of East Anglia, Norwich, UK; Pierre Martin, Cirad, Montpellier; François Massol, Cemagref, Aix-en-Provence

Chercheurs associés :
Guntra Aistara, Assistant Professor, Department of Environmental Sciences and Policy, Central European University, Budapest, Hungary (http://www.ceu.hu/profiles/staff/guntra_aistara)
Devra Jarvis, Bioversity International, ( www. bioversityinternational.org
http://agrobiodiversityplatform.org/cropbiodiversity/)
Mathieu Thomas, Postdoctorant, Département de Sociologie, Université de Groningen, Pays-bas (http://www.rug.nl/staff/m.m.m.thomas/index)

Chloé Violon, thésarde, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC) Université Paris Ouest, Nanterre, UMR 7186 CNRS (http://www.mae.u-paris10.fr/lesc)
Jean Wencelius, thésard, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC) Université Paris Ouest, Nanterre, UMR 7186 CNRS (http://www.mae.u-paris10.fr/lesc)
 

 


 
Résumé :
La gestion de l’agrobiodiversité conditionne la sécurité alimentaire et l’exploitation durable des écosystèmes. Les flux de semences peuvent affaiblir l’adaptation locale en introduisant des espèces ou variétés inappropriées, ou fortifier des systèmes de culture en les rendant plus adaptables aux changements.

Via des méta-analyses de données combinant de l’information sur les semences échangées et sur les relations sociales entre donneurs et receveurs, nous étudierons les réseaux d’échange de semences entre agriculteurs pour déterminer comment leur structure – signification, direction et intensité des flux, et distribution des distances généalogiques, socioculturelles ou géographiques entre les individus ou entités sociales impliqués – influence l’agrobiodiversité. Nous examinerons comment cette structure interagit avec des facteurs socio-économiques et comment les réseaux d’échange de semences peuvent être modifiés pour fortifier les systèmes de semences locaux. Pour surmonter les limitations d’études précédentes, nous considérerons les complémentarités entre espèces cultivées (au lieu de se concentrer sur une seule espèce) et intégrerons les processus à l’oeuvre à plusieurs échelles spatiales et à plusieurs niveaux d’analyse. Nos méthodes se fonderont sur les graphes sémantiques. Nous diffuserons ces méthodes et nos résultats grâce à des articles, un symposium international, un site web et un logiciel associé à des ateliers-formation, sous réserve de financement de l’IRD.

Fiche projet

Pour découvrir plus sur le projet (en anglais)

Publications