Centre de synthèse et
d'analyse sur la biodiversité

Un centre créé et développé par la FRB

NETSEEDSmallPixLe Groupe de Travail NETSEED (Agrobiodiversité et réseaux sociaux : comment les systèmes d’échange de semences agissent sur la diversité des plantes domestiquées) a publié des résultats issus de leur recherche au CESAB:

 

Les réseaux d’échange de semences et la conservation de l’agrobiodiversité. Une synthèse
Marco Pautasso, Guntra Aistara, Adeline Barnaud, Sophie Caillon, Pascal Clouvel, Oliver T. Coomes, Marc Delêtre, Elise Demeulenaere, Paola De Santis, Thomas Döring, Ludivine Eloy, Laure Emperaire, Eric Garine, Isabelle Goldringer, Devra Jarvis, Hélène I. Joly, Christian Leclerc, Selim Louafi, Pierre Martin, François Massol, Shawn McGuire, Doyle McKey, Christine Padoch, Clélia Soler, Mathieu Thomas, Sara Tramontini
Agronomy for Sustainable Development, January 2013, Volume 33, Issue 1, pp 151-17

 

Résumé

La circulation des semences entre les agriculteurs joue un rôle central dans la dynamique et la conservation de l’agrobiodiversité. Ce terme inclut la diversité des gènes, des variétés et des espèces cultivées au sein des systèmes agricoles, et la biodiversité des paysages façonnés par les pratiques agricoles. L’agrobiodiversité fait partie du patrimoine culturel de l'humanité. Alors que la conservation de l'agrobiodiversité a reçu beaucoup d'attention de la part des chercheurs et des décideurs au cours des dernières décennies, ce n’est que récemment que l’on a commencé à prendre en considération les méthodes disponibles pour étudier le rôle des réseaux d'échanges de semences dans la préservation de la biodiversité des cultures.

 

Dans cet aperçu, nous présentons les principaux concepts et méthodes pour mieux comprendre les réseaux d'échanges de semences, et les défis sous-jacents à leur étude, afin d'améliorer les chances que les variétés traditionnelles (« landraces ») soient conservées et utilisées de manière durable dans le monde. La littérature disponible suggère que nos connaissances sur les dimensions sociales, culturelles et méthodologiques des changements environnementaux sont insuffisantes. Nous ne savons pas comment les réseaux d'échanges de semences feront face aux changements climatiques, ou socio-économiques, et aux changements dans les structures familiales qui ont soutenu les systèmes d'échange de semences jusqu’à aujourd’hui. Diverses méthodes sont disponibles pour étudier le rôle des réseaux d'échanges de semences dans la préservation et l'adaptation de la gamme de la diversité spécifique et génétique des cultures : la méta-analyse, la modélisation, des approches participatives, le développement de bio-indicateurs, des recherches dans différents domaines allant de la génétique à la biogéographie, de l’anthropologie et l’ethnographie à la théorie des réseaux. Nous prônons une diversité d’approches, afin de favoriser la création de connaissances solides et pertinentes. Les défis ouverts par l'étude du rôle des réseaux d'échanges de semences dans la conservation de la biodiversité comprennent l'élaboration de méthodes pour (i) renforcer la participation des agriculteurs à la prise de décision dans les agro-écosystèmes, (ii) intégrer les approches de conservation ex situ et in situ, (iii ) assurer la recherche en collaboration entre les sciences sociales et naturelles, et (iv) utiliser l'analyse des réseaux comme cadre conceptuel pour tisser des liens entre les chercheurs, les agriculteurs et les décideurs, ainsi que d'autres acteurs.